L'inventaire Général du Patrimoine PACA

 

La villa E.1027 d'Eileen Gray et le site Corbuséen
Roquebrune-Cap-Martin

 

Christine Cordina-Baix, conservateur du patrimoine
Fréderic Pauvarel, photographe
Novembre 2017

Présentation du site

Cet ensemble exceptionnel de résidences de villégiature balnéaire est devenu aujourd’hui une référence emblématique de l’architecture moderne du début du XXe siècle, placé sous le signe de Le Corbusier.

Inscrit dans un cadre naturel remarquable face à la baie de Monaco, le site corbuséen de Cap Martin réunit sur 3 000 m2 la villa E.1027 conçue par Eileen Gray, le Cabanon et les Unités de camping de Le Corbusier, le bar-restaurant L’Etoile de Mer et leurs jardins. Il témoigne des recherches avant-gardistes d’architectes engagés dans le mouvement moderne. Le site a connu plusieurs périodes de construction, de la villa E.1027 conçue par Eileen Gray et Jean Badovici de 1926 à 1929, au cabanon en bois édifié en 1952 par Le Corbusier devenu un familier de la villa E.1027 et du bar-restaurant l’Etoile de Mer installé en 1948 par Thomas Rebutato, parfaite illustration du mode de vie au cabanon en Méditerranée.


La villa E.1027

« maison en bord de mer », première création architecturale de la décoratrice Eileen Gray (1878-1976) et fruit d’une collaboration étroite avec son compagnon architecte Jean Badovici (1893-1956)

est un véritable manifeste de l’architecture fonctionnaliste moderne.

Y sont appliqués les principes de l’esthétique moderne portée par les fondateurs de l’Union des Artistes Modernes (U.A.M) tels que Rietveld, Chareau, Mallet-Stevens, Le Corbusier… Conçue comme œuvre totale, la villa intègre son mobilier fixe et mobile, les luminaires et les décors dessinés par E. Gray.

Cette première œuvre a valeur de modèle d’un habitat de vacances simple et fonctionnel et d’un art de vivre en toute liberté.


Le cabanon en bois de Le Corbusier (1887-1965)

 

traduit ce même intérêt pour la vie au contact de la nature dans une architecture réduite au minimum rappelant la simplicité et l’aspect rustique d’une cabane du trappeur.

.

Les fonctions de vie élémentaires sont concentrées sur une surface carrée de 3,66m repoussant à l’extérieur d’autres fonctions (douche sous le caroubier, repas à l’Etoile de Mer, travail et réflexion dans la baraque-atelier, lecture en plein air face à la mer).

 

 

A l’intérieur le mobilier intégré en bois définit judicieusement les espaces, apporte sobriété et fonctionnalité recherchées. La polychromie des peintures que Le Corbusier a développées sur les parois intérieures et les façades des habitations contribue à l’harmonie de l’ensemble et à la valeur du site.

Les cinq Unités de camping réalisées en 1957 par Le Corbusier


pour le propriétaire de L’Etoile de Mer procèdent de la même préoccupation fondamentale de l’architecte pour un habitat de vacances minimal. Les jardins sont de véritables prolongements naturels des habitations contribuant à cette pratique méditerranéenne de cabanonier : vivre en plein air.

 

Le site, classé Monument historique, a fait l’objet de campagnes de conservation et de restauration sous l’égide de la commune de Roquebrune-Cap-Martin puis du Conservatoire du Littoral devenu propriétaire de l’ensemble en 2000.

Depuis mai 2015, l’intégralité du site est accessible au public grâce à la création de l’association Cap Moderne en octobre 2014 qui en assure la gestion et l’entretien.