Déplacements quotidiens

Les chalets de Fréjus (Le Monêtier) sont entourés
d'anciens champs en terrasse, bordés de clapiers.

Dans la vallée de la Guisane, en Vallouise ou dans le haut Embrunais, les familles ne séjournaient pas, ou peu, dans les alpages. Chaque soir, pendant les trois mois de la période d'estive, une seule personne par famille, généralement une femme, se rendait au chalet. Elle récupérait ses quelques vaches qui avaient passé la journée avec le reste du troupeau du hameau, assurait la traite du soir, préparait le fromage et passait la nuit au chalet. Après la traite du matin, elle redescendait dans la vallée participer aux travaux agricoles ou domestiques.

Dans ce système, le chalet n'était qu'une annexe de la maison permanente, comme pouvait l'être le cellier que certaines familles possédaient à proximité du vignoble de la vallée de la Durance. L'architecture des chalets à déplacement quotidien reflète d'ailleurs leur fonction secondaire. Ce sont des constructions de petite taille, moins soignées que celles des villages permanents.