Courée des Oursins

Courée Castejon

Courée Mouraille

Courée Arnaud

Courée Sacomanne

Courée Fenouil-Puget

Courée de la Redonne

 

La courée du Castejon

                En 1908, Jean-Baptiste Ausinelli, restaurateur, fait construire une maison de "deux fenêtres" qui est accrue en 1915 à "trente et une fenêtres" par César Ausinelli. La surélévation ultérieure se lit en façade latérale. Cette famille fait construire plusieurs maisons le long du ruisseau des Riaux, en aval de cet édifice.

 

Vue de la courée Castejon. Le sol de la cour est en fort contrebas de la voie. L’accès par la passerelle au centre n’est pas d’origine.

Courée Castejon, la cour terrain de jeu et espace d’activités domestiques. Remarquez à droite l’ancien lavoir en briques, réutilisé comme étendage.

 

Dans la courée Castejon,c’est la topographie du terrain, en fort dénivelé, qui forme barrière. Mais même s’il n’existe plus d’obstacle aux regards, le franchissement matériel des limites reste impossible hors du passage obligé.

Vue des élévations arrière, sur le ruisseau canalisé des Riaux.

Usant de la différence de niveaux, l'immeuble est sis dans le lit du ruisseau. Cet édifice comptait initialement huit logements, éclairés chacun par une porte et une fenêtre. Après la surélevation, le nombre de logement fut porté à onze. Il est accessible par des passerelles à partir de la montée Antoine-Castejon, qui conduisent à une coursière qui dessert le second étage. Le premier étage est desservi par un escalier coursière.

 

Etat des lieux et restitution de l’état d’origine. Le troisième niveau résulte d’une surélévation, intervenue en 1915.

Restitution des élévations / Etat actuel

 


© Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général