courée Mouraille: treilles et auvent 00130955XE

Courée Mouraille : la cour 00130873XE

Courée Fenouil-Puget.

Logis en fond de cour, avec terrasse privative couverte d’une treille 00130867XE

Courée Fenouil-Puget.

Forme similaire de l’autre côté de la cour. 00130878XE

   Les Itinéraires du Patrimoine Culturel

Zone de Texte: Organisation des Courées
Zone de Texte: Les extérieurs
Zone de Texte: De nombreuses maisons des courées ont une entrée délimitée par une terrasse, appelée aussi "véranda", ou "loggia" quand elle est couverte d'un toit. Cette terrasse forme un espace-limite, un espace d'accueil qui sert de passage entre l'espace individuel de la maison et l'espace collectif de la cour. Elle est plus ou moins grande, plus ou moins ouverte sur la cour, aménagée, décorée de différentes façons. 
Zone de Texte: Les changements de statut ont parfois permis l’évolution architecturale que l’ont peut constater dans certaines courées.
agrandissements des logis par emprise sur la partie privative de l’espace de la cour, phénomène particulièrement net à la courée de la Redonne, où il est du à l’initiative du propriétaire. 
agrandissement des logis, par remembrement de parcelles pour constituer une surface habitable plus importante.
division des logis par cloisonnement et percement de portes supplémentaires pour obtenir un nombre plus important d’unités locatives. 
percements supplémentaires de portes, permettant l’accès aux logis depuis la voie publique, comme à la courée Sacomanne ou à celle des Oursins. 
Zone de Texte: Dans certaines courées, la terrasse des maisons est particulièrement fermée sur la cour : les "cannisses" servent à se protéger du regard des voisins. Dans d'autres, la terrasse est ouverte aux regards extérieurs. Quand elle est petite, elle s'apparente, en fait, à un hall d'entrée de maison. Elle sert aussi d'espace de rangement improvisé.
Dans certaines courées, les portes des logis sont précédées de petites terrasses privatives, délimitées par un emmarchement. ou un muret percé d’un portillon. Ces terrasses peuvent être ombragée d’une treille, aux courées Fenouil-Puget et Mouraille, ou dans l’état d’origine de la Redonne. Aux Oursins, les terrasses sont séparées des logis par la cour.