De 1870 au début des années 1930, l’édification des villas de Barcelonnette et Jausiers accompagne les variations de la prospérité économique des barcelonnettes implantés au Mexique.

La première période, entre 1870 et 1890, celle de l’apparition de ce type architectural nouveau dans la vallée, est caractérisée par une implantation spontanée des villas, disséminée au sein de très grandes parcelles à la périphérie des centres médiévaux.

La villa Le Verger et son parc.

Entre1890 et 1920, période de construction intense où s’édifient les deux tiers des villas, une amorce d’urbanisation concentrée, réfléchie et continue jusqu’en 1914, voit le jour. A Barcelonnette, tout un front de villas régulièrement ordonnancées les unes par rapport aux autres est édifié à l’entrée ouest de la ville, le long de la route de Gap, et de nouveaux quartiers régulièrement lotis naissent à l’est.

D’élégantes avenues, l’avenue de la Libération et l’allée des Dames remplacent les anciens chemins, matérialisées par les alignements sans fin des clôtures, régulièrement percées par les hautes grilles des portails.

La plus belle avenue de la ville est baptisée en 1907 avenue Porfirio Diaz, "considérant que le président Porfirio Diaz a puissamment contribué au succès de la colonie des Barcelonnettes".

A Jausiers, les constructions des riches années 1890-1914 sont disséminées sur l’ensemble des quartiers, depuis le quartier Sainte-Anne à l’entrée du bourg jusqu’au Clos de Gueynier, sur la route de Restefond. Ces années sont déterminantes pour le site de Jausiers avec l’ouverture de quatre chantiers importants : villa Les Charmettes, villa Javelly et le spectaculaire château des Magnans, sans oublier la villa Campecina.

La dernière période, entre les deux guerres, correspond aux difficultés économiques du commerce et de l’industrie au Mexique et se traduit dans la vallée par l’arrêt progressif des commandes de villas. Après la coupure brutale de la guerre, il faut attendre les années 1920 pour assister à la reprise des chantiers, définitivement interrompus en 1931.