Vue d’ensemble
Im. : 20080401983NUC2ACôté dextre, date : millénaire et centenaire. Détail.
Im. : 20080401977NUC2A
Détail de la date côté senestre : décennie et année.
Im. : 20080401976NUC2A

Vue d’ensemble

      Cet ensemble est composé d’éléments d’époques différentes : un retable de 1691 et un tableau de la Donation du Rosaire de François Mimault, antérieur au retable et remployé dans celui-ci. Pour remplacer l’autel original détruit vers 1950-1951 car trop détérioré, le curé de l’époque, l’abbé Cellier, fit peu après mettre en place un autel postérieur datant du XVIIIe siècle. Cet autel était à l’origine celui de la Vierge situé alors dans la chapelle qui lui est consacré encore aujourd’hui.

                  Le retable qui compose cet ensemble est un retable simple à trois registres. Son soubassement est constitué de deux gradins encadrés de part et d'autre par les soubassements des colonnes. Au second registre, une colonne torsadée se développe de chaque côté en avant du panneau contenant le tableau. Ce panneau s'achève sur les côtés par des volutes et dans la partie haute par un entablement qui supporte le couronnement, constitué d'une niche à volutes abritant la statue d’une Vierge à l’enfant. Le retable possédait à l'origine quatre colonnes torses (deux de chaque côté). Deux d'entre elles ayant été volées avant 1997, les deux restantes ont alors été recentrées. De même, deux angelots aujourd’hui disparus étaient situés de chaque côté de l'entablement.

Ce retable offre le même type de décor que le retable de Saint Joseph mais en diffère dans la partie supérieure. Il peut également être rapproché de part sa forme, sa composition et son décor de l'ensemble de l'autel secondaire de la Vierge conservé dans l'église paroissiale Saint-Barthélemy de Moriez.

La date de réalisation du retable, 1691, est gravée en deux parties de chaque côté du soubassement : le chiffre 16 du côté dextre, et le chiffre 91 du côté senestre.

Détail de la date côté dextre : millénaire et centenaire

Détail de la date côté senestre : décennie et année

            Le tableau qui intègre cet ensemble représente donc la Donation du Rosaire. La composition de l’œuvre est nettement triangulaire : au centre du registre inférieur, Louis XIII encore adolescent est représenté agenouillé aux pieds de la Vierge, les doigts des deux mains se touchant. A sa droite se tient Saint Dominique, une fleur de lys dans la main dextre, la main senestre tendue vers la Vierge. A sa gauche se tient  Sainte Catherine de Sienne. Deux papes, ou un pape et un évêque, se tiennent derrière Saint Dominique, tandis qu'une religieuse de l'ordre des Dominicains et Sainte Catherine d'Alexandrie, tenant de la main senestre l'objet de son martyr (la roue), sont présents derrière Sainte Catherine de Sienne. Deux anges drapés de rouge, des roses dans les mains, délimitent au registre supérieur une trouée au-dessus de la tête de la Vierge. La Vierge, qui tient l'Enfant Jésus debout sur ses genoux et s'apprête à remettre le chapelet à Sainte Catherine de Sienne (cf. photo de droite ci-dessous) est entourée d'anges musiciens. Cette représentation des anges est caractéristique chez François Mimault ; on la retrouve notamment dans le tableau de l’Assomption de la Vierge.

Vue d’ensemble du tableau

Détail de la Vierge

            François Mimault a traité à deux reprises le même sujet dans le territoire du Pays d'Asses-Verdon-Vaïre-Var : la version de l'église de Peyroules, dans laquelle Louis XIII est encore enfant, est signée et datée 1613 ; celle de la cathédrale d'Entrevaux, dans laquelle Louis XIII est représenté adulte, date de 1631. A en juger par la représentation qui est faite de Louis XIII, représenté ici comme adolescent, la version de Senez pourrait se situer entre celle de Peyroules et celle d'Entrevaux. On peut cependant se poser la question de l'association de Louis XIII au thème de la Donation du Rosaire à une date aussi avancée. Le roi est en effet fréquemment associé à la Vierge à laquelle il décide de consacrer son royaume au travers de son vœu, mais ce dernier n'a été rédigé qu'en 1638. L’iconographie du tableau reste donc à ce jour encore obscure quant à son interprétation.

L’ensemble de l’autel du Rosaire

Vue d’ensemble du tableau
Im. : 20080401982NUC2A
Détail de la Vierge.
Im. : 20080401979NUC2A
Détail.
Im. : 20080401980NUC2A
logo conçu d'apres la peinture romane de l'abbaye de Saint-Savin (Vienne) représentant la construction de la tour de Babel