Vue d’ensemble de Saint Pierre
Im. : 20080401604NUC2A
Vue d’ensemble de Saint Paul
Im. : 20080401607NUC2A
Détail du visage de Saint Pierre
Im. : 20080401605NUC2A
Détail du visage de Saint Paul
Im. : 20080401608NUC2A
Assomption de la Vierge
Im. : 20080401599NUC2A
Détail du groupe des anges musiciens à la droite de la Vierge
Réf. : 20080401601NUC2A
Détail de l’homme en prière, en bas à droite
Réf. : 20080401602NUC2A
Détail de la signature et date sur le tombeau
Im. : 20080401603NUC2A

Hypothèse de reconstitution

Vue d’ensemble de Saint Paul

Vue d’ensemble de Saint Pierre

Tout porte à croire que ces deux tableaux formaient un ensemble avec celui de l’Assomption de la Vierge et contribuaient ainsi à constituer le décor du retable de l'ancien maître-autel de la cathédrale, aujourd'hui disparu. En effet, les deux tableaux présentent la même hauteur que l'Assomption de la Vierge et ils sont de la même facture que ce dernier ; ce qui permet alors de penser que ces deux toiles sont également de la main de François Mimault et pourraient dater du premier quart du XVIIe siècle.

Zone de Texte: Détail du visage de Saint Pierre
Zone de Texte: Détail du visage de Saint Paul

 

              Les deux saints sont représentés debout sur un piédestal, dans une niche à décor de coquille. Deux putti assis sur le sommet de la niche tiennent l’un une couronne au-dessus de la tête de Saint Pierre, l’autre un livre au-dessus de celle de Saint Paul. Saint Pierre tient de la main dextre son principal attribut, les clés, et de la main senestre, un livre fermé, tandis que Saint Paul tient une épée de la main dextre et un livre ouvert de la main senestre. Les couleurs traditionnelles de représentation pour les vêtements des saints sont respectées : robe bleue, drapé jaune pour Saint Pierre, drapé rouge pour Saint Paul.

         Il semble que ce tableau de François Mimault datant du XVIIe siècle faisait autrefois partie du maître-autel aujourd'hui disparu, en association avec les deux tableaux de Saint Pierre et Saint Paul.

 

           La composition du tableau est structurée sur deux niveaux qui occupent chacun la moitié de la toile. Au registre inférieur, les douze apôtres sont regroupés autour du tombeau de la Vierge situé au centre. Un treizième personnage (cf. photo de droite ci-dessous) (peut être le commanditaire) est agenouillé à droite les mains jointes et nous regarde. Il porte une bague à l'annulaire gauche, le traitement de son visage est légèrement différent de celui des apôtres et le seul détail que l'on distingue de son vêtement, une des manches de sa chemise, semble bordé de dentelle. Les apôtres constatent que le sarcophage ne contient plus le corps de la Vierge mais qu'il est rempli de fleurs. Tandis que la plupart des apôtres regardent vers le ciel, d'autres tel Saint Pierre, lèvent les bras pour désigner la Vierge. Au registre supérieur, la Vierge, agenouillée dans une nuée, est entourée d'anges dont des anges musiciens. Les anges musiciens tels qu'ils sont représentés ici sont caractéristiques chez François Mimault. On les retrouve dans d'autres œuvres du peintre telles que les Donation du Rosaire de Senez (ensemble de l’autel du Rosaire), Peyroules et Entrevaux.

Zone de Texte: Détail de l’homme en prière, en bas à droite
Zone de Texte: Détail du groupe des anges musiciens à la droite de la Vierge

          La face visible du tombeau de la Vierge porte la signature du peintre et la date de réalisation du tableau : Franciscus Mimault / 1614.

Zone de Texte: Détail de la signature et date sur le tombeau

             En l'absence de prix fait, on peut supposer que Monseigneur Jacques Martin, évêque du diocèse de Senez entre 1602 et 1622 et dont les armoiries sont également peintes sur la face visible du tombeau, est le commanditaire du tableau. Ces armoiries représentent deux gueules à un chevron d’or accosté en chef de deux roses, tigées de sinoples et, en pointe, d’une couronne ducale d’or.

logo conçu d'apres la peinture romane de l'abbaye de Saint-Savin (Vienne) représentant la construction de la tour de Babel